Tout sur la démence à corps de Lewy

La démence à corps de Lewy ou DCL vient juste après l’Alzheimer en termes de maladie neurodégénérative les plus fréquentes. Ces deux pathologies sont plutôt apparentées à celle de Parkinson. Ainsi, leur diagnostic peut s’avérer être assez difficile. Le patient subit un trouble cognitif qui se traduit par un dépôt d’alpha-synucléine qui est une protéine.

Quelques mots sur la maladie

La démence à corps de Lewy touche notamment le cerveau, tout particulièrement les parties chargées des fonctions cognitives et motrices. Cette maladie se traduit par la dégénérescence des capacités intellectuelles. Par conséquent, le malade devient de moins en moins autonome. Par rapport à la maladie d’Alzheimer et à la maladie de Parkinson, la démence à corps de Lewy détruit gravement les facultés intellectuelles. Son évolution est également plus rapide. Elle concerne principalement les personnes en âge avancé.

Le corps de Lewy

Le corps de Lewy est appelé ainsi en mémoire au Docteur éponyme, le premier scientifique à avoir découvert cette maladie. Elle a évolué dans le système nerveux des patients déjà morts et qui ont souffert de la maladie de Parkinson. La démence à corps de Lewy présente des inclusions de neurones ayant une forme sphérique. Ces formations se composent de filaments neuronaux et de la protéine alpha-synucléine. Cette dernière qui participe à l’apprentissage s’accumule dans les cellules nerveuses et crée des agrégats qui limitent l’arrivée des messages dans le cerveau.

Les traitements possibles

Aujourd’hui, la démence à corps de Lewy n’est pas encore sujette à un traitement spécifique. Toutefois, il est possible d’en limiter les symptômes : cela concerne notamment les hallucinations, les troubles cognitifs et le syndrome extra pyramidal. La DCL et sa complexité en font une maladie évoluant moins vite que l’Alzheimer. Les scientifiques ont déjà effectué des avancés dans le domaine physiopathologique permettant de détecter la maladie un peu plus tôt.

Laisser un commentaire